Article 13

Du 31 mars au 18 avril 2021

 

«Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat.»

 

Une exposition de l’artiste renanaise Christine Isperian
Au Rural

 

 

©Christine Isperian


Article 13

 

Fille de la Révolution française, la revendication au droit de circuler librement s’énonce dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948. Des décennies plus tard, cette revendication semble toujours plus mise à mal et même réduite à une utopie.
L’artiste, grâce à sa potentielle liberté, peut se jouer de toutes frontières, assignations à résidence ou catégories culturelles. Il peut souligner les apports de la migration et faire l’éloge du métissage, de l’hybride.
C’est de cette liberté que je veux user pour célébrer la diversité, créer une beauté visuelle dans l’interfécondité. Je souhaite un geste qui décloisonne, inclut, relie; à mille lieux d’une pureté chimérique et mortifère, pour une créativité hospitalière.

Christine Isperian


Christine Isperian-Matthey

Diplômée de l’Ecole d’art de Lausanne, Christine Isperian-Matthey travaille d’abord comme graphiste. Elle s’oriente ensuite vers une pratique artistique dans laquelle le textile est central. Les dimensions sociales et culturelles de ce matériau lui permettent d’interroger les formes d’exclusion sociale, les phénomènes migratoires et la pluralité de nos identités.

L’artiste affectionne la variété, les dimensions plastiques, traditionnelles ou contemporaines des textiles. Son geste valorise la diversité des cultures et célèbre particulièrement leur mélange.
De manière pratique, elle coud, assemble et même raccommode des textiles. Ses oeuvres peuvent prendre la forme de drapeaux revisités ou de représentations syncrétiques. Elles témoignent enfin de l’emprise des sociétés occidentales sur le reste du monde.

La galerie Richterbuxtorf l’expose à Lausanne.


Voile ©Christine Isperian

Autoportrait ©Christine Isperian


Et aussi