MARDIS FILMS PLANS-FIXES

MARDI, 19H & 20H30

27.11.2018

MARDI 27 NOVEMBRE, CAVEAU, 19H & 20H30

19H, JACQUES HAINARD, ETHNOLOGUESuisse, tourné le 11 juillet 1997 à Peseux, 50 min, interlocuteur Jean-Philippe Rapp
Âge légal / recommandé 14 ans
Entrée libre, tirelire

Pour Jacques Hainard, élève de Jean Gabus, admirateur de Claude Lévi-Strauss, de Flaubert et de Sartre, exposer, c’est raconter une histoire sur un thème choisi. Les objets que contient le musée servent à construire cette histoire. Au lieu de perpétuer le « musée-valium », qui ne nous parle que du patrimoine des autres, reliques qui nous rassurent, Jacques Hainard décide de faire du musée un lieu de déstabilisation culturelle qui remet en question nos savoirs et interroge le visiteur, tout en exaltant la liberté.

 

20H30, FRANZ WEBER, DÉFENSEUR DE LA NATURE ET DU PATRIMOINE
Suisse, tourné le 6 janvier 2011 à Clarens, 50 min, interlocuteur Jacques Poget
Âge légal / recommandé 14 ans
Entrée libre, tirelire

Né à Bâle en 1927, Franz Weber se fait d’abord connaître comme journaliste mondain à Paris. Il s’intéresse particulièrement à la littérature et à la haute couture. En 1965, il lance sa première campagne écologiste en Haute Engadine et parvient à sauver le paysage de Surlej d’une destruction programmée. Dès lors, il met son talent de communicateur au service de l’environnement. Il devient célèbre à l’échelle internationale grâce à ses combats passionnés et opiniâtres pour la conservation de Lavaux, de Delphes, des Baux-de-Provence, la protection des bébés phoques, de la forêt alluviale du Danube, des éléphants du Togo, des chevaux sauvages d’Australie. En 1975, il crée à Montreux une fondation qui porte son nom. En 45 ans, Franz Weber mène environ cent soixante campagnes et incarne par là même une prise de conscience des ravages que l’homme inflige à la nature. Panthéiste et croyant, il se sent investi d’une mission qui, selon sa conviction, est à la portée de tout le monde : respecter, préserver la beauté et l’innocence.

Avec la participation de Michel Thévoz, commissaire de l’exposition « Émilienne Farny »

En collaboration avec l’Association Films Plans-Fixes